Accrochées

Force 75 Forts coups de vent

75 x 115 cm
Encres colorées sur papier gaufré,
Tableau marouflé sur toile
Signé et daté au dos

Force 39 Vents frais

75 x 115 cm

Encres colorées sur papier gaufré

Tableau marouflé sur toile

Ce grand format fait parti d’une série de cinq tableaux nommés “Force” . Ils définissent la puissance du vent avec ses gradations sur l’échelle de Beaufort. Force 75, est le plus agité de tous! 

Le papier blanc et scarifié, réapparait en ilots éparses et déchiquetés. Il fait cheminer le regard sur ces  nuages pour l’inviter à replonger dans le maelstrom de couleurs . Il contrebalance ainsi les effilochements et les nœuds peints par superpositions de glacis. Les bleus et mauves dominent par rapports aux tonalité plus chaudes. Les mélanges sont si poussés qu’ils atteignent des tonalités très sombres!  Les différents supports utilisés pour produire des empreintes (difficilement traduisibles  en photo) contribuent à donner un grain irrégulier à la toile. “Le fantôme” d’un lasso qui s’enroule et claque (en haut à gauche de la toile)  rappelle le mouvement anticyclonique des perturbations météorologiques. Une longue tige de cotonéaster émerge dans un chaos de recompositions diverses. 

« Pour réussir les nuages, le secret réside dans le pinceau-encre. Il faut manier le pinceau de façon extrêmement légère et rapide. Il faut que les effets de l’encre soient variés, tantôt secs, tantôt mouillés. L’encre est mouillante pour suggérer « le poids » des nuages lequel s’efface peu à peu sans laisser de traces. L’encre est « flottante » pour montrer « la tête » des nuages qui semble à la fois avaler et cracher. Que les traits tracés soient capables d’épouser toutes les formes de nuages, ceux qui s’arrêtent au-dessus d’une vallée comme pour l’aspirer, de ceux qui voguent vers le pic lointain comme pour l’embrasser »

Tan Taig Maitre chinois de la peinture à l’encre de chine. François Cheng, « Souffle-Esprit », Paris, seuil, 1989, p.121 122